Loading...

Dany Bonneville, le PDG humanitaire

Dany Bonneville - Leader sur trois fronts
S.T. Dupont

Titre original : Dany Bonneville – Leader sur trois fronts

CET HOMME-LÀ MORD DANS LA VIE COMME ON MANGE APRÈS LE JEÛNE : AVEC FOUGUE, DÉTERMINATION, MOTIVATION. DANY BONNEVILLE EST ULTRAPERFORMANT AUTANT QU’ULTRAPASSIONNÉ. COMME L’A ÉCRIT VICTOR CHERBULIEZ : « ON NE GUÉRIT D’UNE PASSION QUE PAR UNE AUTRE PASSION ». DANY BONNEVILLE EST TRÈS IMPRESSIONNANT NON PAS SUR UN, MAIS SUR TROIS FRONTS À LA FOIS. IL EST SÛREMENT LE GRAND PATRON LE PLUS EN FORME AU QUÉBEC, ET DE LOIN.

Le natif de Thetford Mines suscite l’admiration d’abord par sa réussite professionnelle, puis comme athlète de défis extrêmes, et enfin en qualité de philanthrope. Au boulot, lui et son cousin Éric, avec qui il partage la présidence des Industries Bonneville, font le choix de consacrer 10 000 heures par année en recherche et développement. « C’est une priorité pour nous parce que nous sommes le leader dans l’industrie des maisons usinées, lance-t-il avec conviction. Nous voulons le demeurer, c’est pourquoi nous ajoutons maintenant à notre gamme de produits la nouvelle série Maisons de prestige, avec des propriétés luxueuses de 6000 pieds carrés et plus, d’une valeur de quelques millions de dollars. La clientèle plus fortunée réalise que les maisons usinées sont de qualité. » L’ancien de l’Université Laval et des HEC d’ajouter : « Être numéro un, ça vient avec des responsabilités; il faut continuellement innover. Éric et notre équipe de designers se promènent partout à travers le monde pour dénicher de nouvelles idées pendant que nos pros de en R et D conçoivent des techniques de fabrication et des façons de transporter le produit final selon les normes en vigueur. »

« Je compare souvent mes courses à la vie quotidienne. On affronte toutes sortes d’épreuves. »

Les Industries Bonneville ont été fondées par son grand-père. La deuxième génération, avec six membres de la famille, a pris la relève en montant la barre d’un cran. Quant à la troisième, elle a admirablement bien relevé le défi de casser la baraque, ou tout comme. En plus d’Éric et de Dany, on y retrouve leurs soeurs Marie-Josée et Bianca. « Ça n’a pas été facile, parce que notre produit était réputé beau, bon et pas cher, et il fallait passer à une autre étape : celle d’une qualité rehaussée dans le choix des matériaux, de l’assemblage et de l’esthétique. Plus tu investis dans les ingrédients, meilleure sera ta recette. » Évidemment, il fallait faire comprendre à la clientèle la raison de la hausse des prix. Le constructeur a alors investi 100 000 $ dans la création d’une des premières infopubs au Québec, ce qui représentait une fortune à la fin des années 80, début 90. Cela dit, le plan marketing du jeune trentenaire de l’époque a rapporté ! Ce que sont devenues les Industries Bonneville aujourd’hui est à des années-lumière de l’entreprise léguée par les aïeux. « Nos parents ont été des visionnaires; aucun rêve n’était farfelu. Ils voyaient très grand. On s’en inspire encore. L’un de mes plus grands plaisirs après toutes ces années est encore de conclure une vente. »

    Stone Tile

ATHLÈTE DE L’EXTRÊME
Cette fougue alimente une autre passion pour Dany Bonneville : les défis extrêmes. Il s’attaque à des épreuves d’ultracyclisme. Il a complété les 1496 km de Race Across the West, qui consiste à traverser quatre États ainsi que les Rocheuses américaines en ne dormant que 3 h 30 en trois jours et demi. Les participants doivent gravir 18 200 mètres de dénivelé en pédalant à des températures qui grimpent jusqu’à 51 oC (125 oF)! Ailleurs, il a soutiré les grands honneurs à deux reprises au Saratoga 12/24 en parcourant 606 km en 2016, puis 670 km en 2017, ce en 24 heures… Même les adeptes de vélo trouvent impressionnant le défi de rouler tout ce temps en solo, en maintenant une vitesse moyenne de 28 km/h. Le quinquagénaire a également complété les 817 km du Furnace Creek 508, dans le désert de Death Valley, en 37 h 23… « Je compare souvent mes courses à la vie quotidienne. On affronte toutes sortes d’épreuves qui semblent parfois insurmontables. Mais avec les gens qui nous entourent, on trouve des solutions et on traverse le mur. Après, on est plus fort. » Il ajoute : « Ma drogue, dans la vie, c’est la passion dans tout ce que j’entreprends. Dans le sport, je trouve plus difficile de tomber en mode relaxation au terme de la saison de compétitions, que dans la période où je roule à fond de train. C’est dans l’action que je suis heureux. »

DANY BONNEVILLE LE PHILANTHROPE
Celui qui a vendu sa première maison à l’âge de 15 ans, entre deux cours à l’école, se révèle un homme d’action également dans le domaine de la philanthropie. Simplement distribuer de l’argent ne s’avère pas suffisant pour lui. Quand il s’est impliqué pour la première fois avec la Fondation des maladies du coeur et de l’AVC, celle-ci amassait 25 000 $ avec sa soirée Dégustation des vins de Californie. Dès sa première collaboration, Bonneville a fait passer ce montant à 275 000 $. « J’ai réalisé au fil du temps que notre réseau de contacts est une force qu’on peut faire fructifier. Alors, Éric et moi maisonsbonneville.com avons développé notre mission philanthropique comme on élabore une stratégie de développement. Elle est aussi importante pour nous que notre mission d’entreprise. »

Ainsi, chaque année, les Industries Bonneville offrent une propriété à Opération Enfant Soleil. Dany Bonneville s’implique personnellement sur place pour différentes activités. « Ces deux missions ne sont pas un simple concept marketing chez Dany, fait valoir Anne Hudon, PDG de l’organisme, qui oeuvre auprès des enfants malades. C’est véritablement un choix de vie. Quand il épouse une cause, il met tout son talent, son pouvoir de conviction et son énergie à son service. » Le grand Pierre Lavoie dit de son côté admirer l’implication sociale de Dany : « Il est de plus un beau modèle de réussite comme être humain. » Pour mieux appuyer la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, qui favorise l’épanouissement d’athlètes étudiants performants, Dany Bonneville s’est servi de ses trois passions pour développer un nouvel événement. Un événement d’envergure, bien entendu, puisqu’il faut toujours voir grand, même dans le bénévolat. Le Défi 808 Bonneville oblige les participants à affronter à vélo – en solo ou en équipe – 808 km et 8400 mètres de dénivelé… Vous pouvez aussi vous « contenter » de 404 km, 202 km ou 125 km. Naturellement, Dany Bonneville prend part au Défi. Dans quelle épreuve selon vous ? Vous avez deviné. Et il le fait en solo, ça va de soi. En 2018, à sa deuxième édition seulement, le Défi a permis de récolter rien de moins que 500 000 $.

Preuve supplémentaire qu’il est un vrai passionné, voici comment celui pour qui Forrest Gump est le film le plus marquant de sa vie envisage sa retraite. « J’ai encore plein de projets. J’aimerais voir mon fils et la quatrième génération réussir parmi nous, et devenir grand-père. Quand je tirerai ma révérence, je m’impliquerai auprès d’autres fondations. Je n’imagine plus ma vie sans le sport et le bénévolat. Si vous saviez à quel point, dans la vie, donner est plus agréable que recevoir… »


maisonsbonneville.com

Dany Bonneville – Leader sur trois fronts – e-mag

Symphonia Pop