Pasquale Vari

Pasquale Vari, chef enseignant à l’institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), n’a plus besoin de présentation. Le grand public l’a apprécié à titre de juge permanent à l’émission « Les Chefs! » à Radio-Canada. Le voici maintenant entrepreneur grâce à sa gamme de sauces et de produits fins qui vient tout juste d’arriver en épicerie.

La restauration est une industrie créative et combative au sein de laquelle Pasquale Vari évolue depuis qu’il a obtenu deux diplômes de l’ITHQ à son arrivée au Canada en 1985. Selon lui, les défis liés aux 15 derniers mois auront permis aux restaurateurs de mieux s’organiser et de peaufiner leur offre, en cherchant notamment à la diversifier. Entretien avec un grand chef.

Tommy Zen
Tommy Zen
Chou-fleur rôti (recette en fin d'article)
LE RESTAURANT DE DEMAIN

Les restaurateurs qui ont aménagé un espace comptoir-épicerie destiné à la vente de produits fins ou de plats prêts à manger ont pris une décision d’affaires qu’ils ne regretteront pas; c’est un modèle qui va rester, selon M. Vari.

« Le restaurant de demain doit proposer plusieurs alternatives à ses clients. Avouons-le, si certains soirs, on n’a pas le désir de passer des heures au restaurant, ça ne signifie pas qu’on n’a pas envie de savourer un plat de notre restaurant favori. Offrir ces deux options est bénéfique autant pour le restaurateur que pour son client. Tout le monde y gagne. »

LA PERFECTION OU RIEN

Selon Pasquale Vari, le mot d’ordre pour l’avenir de la restauration : la perfection. Rien de moins.

Il nous rappelle que les attentes des Québécois qui vont au restaurant sont très élevées : l’offre doit être sans faille et les options variées pour consommer selon les envies. Qu’il s’agisse de mets à emporter, de courses au comptoir-épicerie ou de l’expérience en salle à manger, on se doit d’être à la hauteur.

« Les attentes des clients qui se déplacent pour passer une belle soirée au restaurant sont élevées, mais la majorité est prête à sacrifier un peu sur la qualité de l’assiette si l’ambiance en salle leur plaît. La qualité du service, c’est hyper important pour les Québécois. Le service doit être parfait, mais aussi le décor, l’éclairage, la musique… Bref, l’expérience en général doit être sans faille. »

Les restaurateurs qui vont s’en sortir et se démarquer dans la relance sont ceux qui ont le souci du détail et qui pensent à tout, « mais ça, précise-t-il, ça ne s’apprend pas, même pas à l’ITHQ! »

Au fond, conclut M. Vari, l’art de recevoir, c’est apprendre à faire plaisir à tout le monde, rien de moins. « C’est un peu ce qui est arrivé la dernière année, mais espérons que cet art de recevoir va rester et même se bonifier, peu importe le contexte et les circonstances. »

Gâteau au chocolat (recette en fin d'article)
Partagez cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Share on whatsapp

Vous aimerez aussi

Point G – L’art du goût
Point G - L'art du goût
De Montréal à Athènes
De Montréal à Athènes
Champagne rosé
Champagne rosé
Célébrons l’été avec Mionetto Prosecco Rosé
Célébrons l'été avec Mionetto Prosecco Rosé
Browns Shoes
Browns Shoes