La randonnée alpine, un sport en pleine émergence au Québec

Bui Optométriste

Titre original : Randonnée alpine

Ma découverte de la randonnée alpine l’hiver dernier fut pour moi une foudroyante révélation. Les émotions qui y sont rattachées constituent une véritable furia à l’approche de la prochaine saison.

Comme tant d’autres, je me suis laissé séduire par la randonnée alpine – qu’on appelle aussi ski de haute route (ou même ski peau de phoque) –, un sport en pleine émergence au Québec. Il consiste à grimper vers les sommets avec bottes et skis en apparence semblables à l’équipement conventionnel, mais dotés de peaux synthétiques sous la spatule. Contempler les arbres emmitouflés sous la neige et les paysages de la forêt, apprécier le silence de l’hiver et, une fois parvenu tout en haut, retirer les peaux, enclencher la fixation et dévaler les pistes de ski alpin… La félicité!

L’athlète et députée fédérale Lyne Bessette adore également ce sport, au point d’avoir effectué des voyages dans l’Ouest canadien et en Italie. « J’aime l’exercice intense de la montée pour mieux savourer la descente. Quand les rayons filtrent à travers les boisés, c’est spectaculaire. Je privilégie les sorties vers 15 h, alors que le soleil baisse. La lumière est exquise. » Lyne Bessette raffole de rando alpine au point de posséder trois équipements : un premier, ultraléger, pour les compétitions, un deuxième pour l’entraînement et un troisième plus lourd et plus stable pour les balades entre amis.

Samuel St-Germain, proprio de la boutique Daniel Lachance, est aussi un adepte. « Même quand c’est très achalandé sur les pistes, à quelques dizaines de mètres de là dans la forêt, c’est calme et serein. J’aime particulièrement les sorties en soirée lorsque je ferme le commerce et pars à la frontale. Je décroche complètement. Ce n’est pas spirituel, mais tout comme. »

Bref, je vous l’assure, goûter à la randonnée alpine, c’est de la nourriture bio. Vous n’en reviendrez pas des bienfaits qu’elle procure et de la joie que vous éprouverez.

skidaniellachance.tourmake.me

L’équipement selon Samuel St-Germain

« L’équipement léger pour la montée est moins stable en descente. Ceux qui voyagent optent pour des planches plus larges et plus lourdes pour la stabilité et la sécurité. Mais comme le sport gagne en popularité, les grandes marques ont récemment développé des hybrides légers, à la fois stables et sécuritaires. Côté prix, il faut prévoir entre 2 000 $ et 3 000 $. La priorité dans votre budget, ce sont les bottes. Des bottes confortables et qui ne donnent pas d’ampoules vous permettront de ne pas abandonner. »

Mixte Magazine - M41 - Randonnée Alpine

Yvan Martineau, en pleine ascension en compagnie de sa conjointe et d’un ami, à Bromont montagne d’expériences.


Les skis, bottes et fixations permettent de grimper avec le talon libre de mouvement.

Mixte Magazine - M41 - Randonnée Alpine

Mixte Magazine - M41 - Randonnée Alpine

Lyne Bessette en ascension au Colorado.


Arrivé au sommet, on enclenche la fixation et on descend comme en ski alpin.

Mixte Magazine - M41 - Randonnée Alpine

Mixte Magazine - M41 - Randonnée Alpine

Lyne Bessette et son mari, Tim Johnson.


Randonnée alpine – e-mag

Partagez cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Share on whatsapp
Savaria
Abonnement Mixte Magazine
Beige Design

Vous aimerez aussi

Des athlètes canadiens d’exception au tennis international
Des athlètes canadiens d'exception au tennis international
Mario Deslauriers, champion canadien de saut d’obstacles à cheval
Mario Deslauriers, champion canadien de saut d'obstacles à cheval
Québec-Halifax à la voile pour chefs d'entreprise
Entrepreneurs en mer! Un défi à voile hors courant.
Serge Dessureault – L’effroyable K2 dans la mire
Serge Dessureault - L'effroyable K2 dans la mire
Mclaren