Hé!DSC00883 2 copie

Serge Gendron : Toujours de l’audace

L’audace, la détermination et la curiosité ont permis à Serge Gendron de distinguer son entreprise, Groupe AGF, de la concurrence même à l’international. Ces mêmes qualités lui servent aussi à choisir ses loisirs... qui prennent parfois des allures de défis.

Peut-on reconnaître un homme à ses loisirs? Dans le cas de Serge Gendron, président du Groupe AGF, ils sont de bons indicateurs de l’énergie de ce dirigeant d’entreprise et de l’audace qui caractérise ses choix. La voie de la facilité est rarement une option pour celui qui a opté pour l’acériculture, la pêche au saumon et la voile afin de décrocher du travail qui le passionne.

La cueillette de l’eau d’érable se fait en famille.
Gorski
Carpette Multi Design
Scène printanière devant la cabane à sucre à l’ancienne.

« L’entreprise Acier Gendron a été fondée par mon père en 1948, au lendemain de l’obtention de son titre d’ingénieur à l’école Polytechnique », explique Serge Gendron. Financé par un de ses professeurs, il s’est lancé en affaires et a créé une spécialité qui n’existait pas alors au Canada : les travaux d’acier d’armature. « Avant, les entrepreneurs faisaient eux-mêmes ces travaux. Ils achetaient de l’acier, le coupaient, le pliaient et l’installaient sur les chantiers. » L’entreprise a profité de l’essor des années 50 dans le secteur de la construction, aussi bien au Québec que dans les autres provinces, pour consolider ses assises.

La récession des années 80 a sonné le glas de ces années fastes. « À l’époque, j’étais ingénieur-conseil. Mon père m’a appelé pour me demander de l’aider. J’ai appris le métier afin de sauver le navire. » Il a fallu près de dix ans à Serge Gendron pour rebâtir les compétences de l’entreprise et s’entourer à nouveau d’un personnel clé. Il a su faire preuve d’audace au début des années 90 en grossissant les rangs du projet Hibernia, une grande plateforme de forage pétrolier au large des côtes de Terre-Neuve. « Nous faisions affaire avec des Norvégiens, des Français et des Américains, et nous avons très bien tiré notre épingle du jeu. »

Mouillage dans une crique bretonne.
Chandon
Avant-Scène
Gorski
Frederique Constant
maxime, catherine, serge copie (Custom)
Maxime, Catherine et Serge Gendron.

Les projets se sont succédés, de même que les acquisitions au Canada. Acier Gendron, devenu Groupe AGF, s’est lancé à la conquête de la planète. « Nous sommes maintenant présents dans une dizaine de pays », souligne Serge Gendron. Bien que d’envergure internationale, Groupe AGF a conservé ses racines familiales. « Ma famille travaille avec moi. C’est la troisième génération qui est actuellement au sein de l’entreprise. »

Déterminé, Serge Gendron a misé sur une relève formée et préparée pour prendre le relais. « Il y a plus de cinq ans, j’ai mis sur pied un conseil de famille et tous les sujets sont mis sur la table avec une grande transparence. Ce que je veux, c’est assurer la pérennité de l’entreprise. Maxime, le futur PDG, et Catherine, la cheffe de la culture organisationnelle, disposent déjà de tous les bons outils pour poursuivre la mission d’AGF. Il me reste à continuer de les accompagner de mon mieux pendant la transition. » L’entreprise a donc opté pour une nouvelle gouvernance, formé un conseil d’administration en plus de mettre en place une cellule de crise qui s’est avérée bien utile au début de la pandémie. Elle a su s’adapter aux changements du marché et à sa diversification sans renier ses valeurs ni ses appartenances.

unnamed copie (Custom)
IPhone d'Aurélie avril 2018 606 copie 2 (Custom)
Serge Gendron sillonnant les mers à bord de son voilier.

Travail et famille sont étroitement liés pour Serge Gendron. Pourtant, malgré des heures de bureau qui peuvent facilement s’étirer jusqu’à la maison, il n’éprouve aucun mal à décrocher en trouvant refuge dans la nature. « J’ai la chance d’avoir une maison secondaire en pleine forêt. C’est un très grand terrain de jeu qui m’occupe beaucoup. Gérer une forêt de 150 acres, de la collecte du bois jusqu’à la fabrication du sirop d’érable, est très exigeant physiquement. » Vous aurez compris que l’homme aime les défis. Pour recueillir l’eau d’érable, il préfère utiliser la méthode à l’ancienne que l’ingénieux système de tuyauterie. « Ça m’enlèverait mon passe-temps. J’utilise la méthode traditionnelle d’il y a un siècle et je suis complètement autonome. Tout se fait “ à la mitaine ”. Il n’y a pas d’électricité ni d’eau courante dans la cabane. Il faut préparer le bois l’automne précédent pour l’évaporateur. Au printemps, on chausse les raquettes pour la collecte, on ramène l’eau à l’aide d’un tracteur ou d’une motoneige. » La forêt et l’acériculture occupent ses printemps et ses automnes, alors que ses étés sont consacrés à un sport qui demande dextérité, patience et nerfs d’acier : la pêche au saumon. « Je ne pourrais pas passer une saison sans aller trois ou quatre fois à la pêche en Gaspésie, où l’on trouve les plus belles rivières à saumon du monde. »

Bui Optométriste
Fondation Hopital Général Juif

Comme si la forêt et la pêche ne lui suffisaient pas, Serge Gendron se passionne aussi pour la mer et la voile. « Mon activité préférée était la voile. J’ai dû vendre mon bateau en France. Ma carrière de marin n’est pas terminée, mais je l’ai mise sur pause à cause de la pandémie. » Ce n’est donc que partie remise pour cet autodidacte qui a appris seul à manoeuvrer son bateau après une courte formation sur les grands principes de navigation. « En tant qu’ingénieur, naviguer sur l’Atlantique avec les courants, les marées, les hauts fonds, la circulation maritime en Bretagne, le calcul des trajets, la météo, j’ai adoré. Quand je suis sur un voilier, je décroche complètement, je ne pense pas à autre chose. » Le voilier, comme l’acériculture à l’ancienne et la pêche à la mouche, assure une certaine autonomie. « Ce que j’aime de la voile en mer, c’est la liberté de choisir sa destination. Il faut juste savoir s’organiser. On accoste dans des ports que l’on ne connaît pas avec des gens que l’on découvre. Il existe une confrérie extrêmement valorisante entre navigateurs. »

unnamed (2) copie (Custom)

Ces loisirs sont-ils les signes avant-coureurs de la retraite? « Le mot ne me convient pas. J’envisage plutôt d’apporter des changements à mes fonctions pour laisser plus de place à la relève », souligne Serge Gendron, qui conclut l’entretien en évoquant une autre de ses passions : le vin. Pas de doute, cet homme ne sera jamais en panne d’idées pour assouvir sa soif de découvertes.

Photo de couverture : Serge Gendron à l’intérieur des bureaux de Groupe AGF à Longueuil. 

groupeagf.com

Partagez cet article

Vous aimerez aussi

Alexandre Da Costa : Électron libre
Alexandre Da Costa : Électron libre
Benoît et Sylvain Bouchard | Carpette Multi Design
Benoît et Sylvain Bouchard | Carpette Multi Design
Hologramme : Seul et heureux
Hologramme : Seul et heureux
Richard Petit : Vivre son rêve
Richard Petit : Vivre son rêve
Avenue Design
Avant-Scène