2018-04-30 17.30.20

Marie-Ève Lecavalier

Qu’ont en commun Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld et Marie-Ève Lecavalier ? Tous auront été finalistes pour le Prix Woolmark International. En 1954, Lagerfeld a été l’un des premiers lauréats, ex-aequo avec Saint Laurent. Lecavalier devient donc la première Canadienne à être finaliste.

Ce prix, le plus prestigieux de l’industrie et présidé par les plus influents du domaine, souligne le talent de jeunes créateurs à travers le monde, accompagne les lauréats grâce à une généreuse bourse et du même coup propulse leurs carrières. Dévoilement en juin…

Les différentes éditions de Vogue parlent d’elle. Le Elle UK la qualifie de « celle que l’on doit suivre ». Le magazine anglais Wallpaper* estime que son travail « refléte le pragmatisme de sa génération : mise en valeur du toucher, retour à l’importance des choses spéciales, sensibilisation à la consommation ». Sa première collection est constituée de pièces écoresponsables : tricots de cuir recyclé, imprimés psychédéliques, denim vintage… Avec son style singulier et son approche novatrice, elle est sélectionnée en 2018 pour le concours du Festival international de mode et de photographie de mode d’Hyères, en France, un véritable tremplin pour plusieurs talents du milieu de la mode, notamment Viktor&Rolf et Anthony Vaccarello, aujourd’hui chez Saint Laurent. Lecavalier y reçoit le prix Chloé 2018 ainsi qu’une mention spéciale du jury, présidé par le couturier Haider Ackermann et l’actrice Tilda Swinton.

Colllection hiver 2021-22
Bui Optométriste
Veuve Clicquot
Colllection hiver 2021-22

Diplômée en gestion et design de la mode de l’UQAM, Marie-Ève Lecavalier assiste pendant trois ans la designer Ying Gao, également professeure à cette institution avant de poursuivre sa maîtrise en Suisse. Gao a été un mentor : « Elle m’a poussée à m’ouvrir à d’autres disciplines, de l’architecture à la science, à mettre en forme ce qu’il y avait dans ma tête, que ce soit le vêtement ou la scénographie ». Pendant ses études, elle assiste le créateur Raf Simons à Anvers – maintenant chez Prada –, qui l’incitera à se tailler une place dans la mode internationale.

Avec un atelier à Montréal, elle a développé des techniques uniques pour travailler le cuir recyclé qu’elle affectionne tant et qui font sa renommée internationale. Avec une partie de sa production qui se fait en Europe, elle explique : « Je souhaite conserver une main-d’oeuvre locale, idéalement tout produire au Québec, comme quoi le savoir-faire est aussi ici… » Comme elle ne dispose d’aucune aide gouvernementale ou autre, certains acteurs de la mode au Québec – comme la Maison Simons et Ssense – la soutiennent et vendent ses collections. Malgré tous les prix reçus et la presse dithyrambique à son sujet, la mode d’ici est peu financée. Avis aux intéréssés…

Colllection hiver 2021-22
web_MAX_ABADIAN_Designers_Quebecoise_MARIE-EVE_LECAVALIER_HIGHRES (Custom)
Marie-Ève Lecavalier

Déjà, elle rêve de créer une fondation qui aidera les jeunes créateurs québécois qui n’ont pas les moyens de faire d’études et leur permettra d’effectuer des stages à l’étranger. La pandémie a-t-elle bouleversé ses plans, sa production ? Elle réfléchit : « Il est temps de choisir le rythme artistique plutôt que commercial. Cette pandémie a fait ressortir un besoin de réappropriation du temps, d’une nouvelle éthique… »

Photo de couverture : Hyères 2018  

lecavalier.studio

Partagez cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Share on whatsapp

Vous aimerez aussi

William Gingras – Fondateur d’Arthur Majordome
William Gingras - Fondateur d'Arthur Majordome
Thierry-Maxime Loriot : On ne voit bien qu’avec le cœur
Thierry-Maxime Loriot : On ne voit bien qu'avec le cœur
Sotheby’s International Realty Québec : La crème de la crème
Sotheby's International Realty Québec : La crème de la crème
Luc St-Cyr – La Galerie du Meuble
Luc St-Cyr - La Galerie du Meuble
Carpette Multi Design
Avant-Scene