Loading...

La force du lien

Laval Jaguar Range Rover
Photo : Jeff Malo

UNE AMITIÉ À TOUTE ÉPREUVE, LA CAUSE DE LA SANTÉ MENTALE ET LA FORCE DES CONTACTS SOCIAUX ONT DONNÉ NAISSANCE À LA FONDATION LET’S BOND, QUI S’ADRESSE À UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE DONATEURS. LA PHILANTHROPIE EN VERSION 2.0, POURQUOI PAS ?

Depuis quelques années, de jeunes professionnels changent le visage de la philanthropie au Québec. Si les bases restent les mêmes, l’attitude et la façon de faire prennent une allure plus branchée. Ainsi, on ne peut qu’être séduit par l’énergie et la volonté de l’équipe de Let’s Bond. La cause de la santé mentale, qu’ils ont choisi de défendre, n’est pas la plus facile. C’est pourtant celle qui les réunit depuis 2011. « Lors de la première rencontre, les fondateurs de Let’s Bond auraient pu choisir une autre cause. Ils ont opté pour la santé mentale parce que tous ont côtoyé un ami, un parent, un proche qui a dû vivre avec la dépression, l’anxiété ou le stress », explique l’actuel président, Chris Harden. Leur but premier était de recueillir des fonds afin d’aider certains organismes dans leur travail et de changer les perceptions de façon tangible. Petit à petit, ils ont élaboré un réseau de contacts, établi des partenariats avec des organismes tels que la Fondation Jeunes en Tête et la Fondation Douglas, et planifié des événements conçus pour attirer les nouvelles générations de donateurs. Si Let’s Bond a connu des débuts discrets avec des profits timides, l’engagement des différents acteurs avait trouvé son élan. « Lors du premier événement, nous savions que quelque chose de spécial se produisait, se rappelle Chris Harden. Huit ans plus tard, le dévouement du comité ne se dément pas. »

    Le Studio Luminaire

Let’s Bond a amassé plus d’un million de dollars pour soutenir le programme Solidaires pour la vie de la Fondation Jeunes en Tête et le fonds de développement de l’Institut Douglas. Le premier programme, qui s’adresse aux adolescents de 14 ans et plus, à leurs parents et au personnel scolaire partout à travers le Québec, aide à reconnaître les signes de la dépression, en plus de servir de guide vers les ressources existantes. Quant à la Fondation Douglas, en plus d’éduquer et de sensibiliser le grand public, elle poursuit des recherches en neuroscience et en maladie mentale.

Pour sa campagne de financement, Let’s Bond organise chaque année deux événements conçus d’abord pour attirer les jeunes professionnels. En vogue avec Holt s’adresse aux fashionistas, qu’ils soient hommes ou femmes. La soirée ultraglamour permet d’échanger sur la mode tout en profitant d’une séance de magasinage privée. C’est toutefois le Bal urbain, déjà connu des initiés, qui suscite la rumeur. L’événement, qui a attiré près de 1000 personnes l’an dernier, se tiendra le 14 septembre.

Let’s Bond a su miser sur la force du regroupement pour sensibiliser la population à l’exclusion sociale souvent causée par la maladie mentale… Et ça marche ! Le portrait de la philanthropie est bel et bien en train de changer.


letsbond.ca
La force du lien – e-mag

Le Studio Luminaire