Loading...

Assemblage – Un partenariat entre Dom Perignon et Lenny Kravitz

Avenue Design

Titre original : Assemblage

EN COLLABORATION AVEC MANON LEMIRE

QUI AURAIT PU CROIRE QUE L’HISTOIRE D’UN INGÉNIEUX MOINE QUI VÉCUT AU 17E SIÈCLE ALLAIT 300 ANS PLUS TARD DONNER NAISSANCE À UN PARTENARIAT ENTRE LA PLUS PRESTIGIEUSE MAISON DE CHAMPAGNE ET L’ICÔNE, DE LA MUSIQUE LENNY KRAVITZ ? POURTANT, C’EST EXACTEMENT CE QUI S’EST PRODUIT QUAND L’ÉQUIPE DE DOM PÉRIGNON A MANDATÉ L’ARTISTE ROCK POUR DEVENIR LE DIRECTEUR ARTISTIQUE DU LANCEMENT DU MILLÉSIME 2009, LE DERNIER-NÉ DE LA MAISON CHAMPENOISE.

L’idée de ce partenariat est née d’une longue amitié entre Richard Geoffroy, chef de cave chez Dom Pérignon, et Lenny Kravitz. Un soir, après un concert que donnait ce dernier, Richard est allé rencontrer la star pour lui dire que l’énergie de sa prestation l’avait grandement inspiré alors qu’il était à élaborer son nouveau millésime. Kravitz n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour sauter dans le projet et, quelques mois plus tard, le partenariat était scellé !

C’est donc par une belle journée d’automne ensoleillée sur l’île de Manhattan qu’avait lieu l’inauguration de l’exposition photo issue de l’alliance entre l’incontournable Dom Pérignon et Kravitz. Accueillis en grande pompe à la galerie Skylight Modern, nous avons eu le privilège de découvrir l’exposition en compagnie de Lenny Kravitz.

Cette visite privée sous bonne escorte nous a donné l’occasion d’échanger avec le légendaire musicien, qui, d’entrée de jeu, a souligné que le titre de l’exposition, Assemblage, est en soi le fil d’Ariane qui lie l’exposition et le dernier-né de Dom Pérignon. Après tout, le moment de l’assemblage est, aux dires de Richard, le temps crucial où la magie opère, l’instant où tous les éléments connectent, se fondent pour créer un tout plus grand que la somme des parties.

C’est dans cet esprit que Kravitz a rassemblé chez lui des gens de tous horizons – les actrices Susan Sarandon, Abbey Lee et Zoé Kravitz, le chorégraphe Benjamin Millepied, l’acteur Harvey Keitel, le footballer Hidetoshi Nakata ainsi qu’Alexander Wang – afin de les convier à une soirée hors du temps pour immortaliser sur pellicule l’intangible effet de cet assemblage.

Nous n’avons qu’à voir les photos pour comprendre que ce ne sont pas de simples portraits, mais la rencontre entre des individus qui, le temps d’une soirée, incarnent le moment présent, l’esprit de la fête, la convivialité, la joie du partage, l’envie de l’autre, bref la vie.

    Groupe Beauchamp

Ce ne sont pas de simples portraits, mais la rencontre entre des individus qui, le temps d’une soirée, incarnent le moment présent, l’esprit de la fête, la convivialité, la joie du partage, l’envie de l’autre

Bien entendu, l’exposition photo est purement artistique et est en soi un objet unique. Cependant, comme Lenny Kravitz agit aussi en tant que directeur artistique de la campagne publicitaire, il a également créé des capsules vidéo mettant en vedette les invités de la soirée afin de mettre en lumière différents aspects de la marque Dom Pérignon.

Par exemple, on souligne que Benjamin Millepied est un créateur sans compromis qui crée de la grâce, de la force et de l’élégance en combinant le passé et le futur de manière organique. Dans une autre capsule, Kravitz nous présente Susan Sarandon comme un mélange d’intelligence, de beauté classique et d’inspiration, qui font d’elle une femme de tête et de coeur admirée pour son authenticité. Autant d’attributs chers à la marque.

En comparant ces portraits d’artistes au millésime 2009 de la mythique maison, on se rend compte de la cohérence entre ce qu’a su saisir Kravitz dans sa série de photos et le résultat final de la dernière mouture de Richard Geoffroy (qui passera le flambeau à la fin de l’année à son second, Vincent Chaperon). Ces deux icônes ont vraiment réussi à bâtir un pont entre deux formes d’art, créant un tout à cheval entre la continuité et l’innovation.

Cette cohérence se retrouve aussi dans l’assemblage entre le chardonnay et le pinot noir, qui donne lieu à un résultat exceptionnel : au nez, on peut deviner des zestes de pamplemousse, de la pêche et de la nectarine se mélangeant dans un ballet langoureux. Puis en bouche, le côté charnu et voluptueux apporte une touche de fruits mûrs parfaitement équilibrée. La finale est des plus intéressantes avec un côté minéral et un brin salin, qui se termine sur une amertume délicatement persistante.

Le résultat final du partenariat entre ces deux hommes d’exception est décidément à la hauteur de ce à quoi ils nous ont habitués dans leur carrière respective. Kravitz démontre clairement que son statut d’artiste polyvalent est pleinement mérité, et Richard tire sa révérence en s’assurant de la pérennité de la maison Dom Pérignon à l’aube du changement de règne.


www.domperignon.com
Assemblage – e-mag

Laval Jaguar Range Rover