Loading...

Ponant: une compagnie offrant des croisières exceptionnelles

Celadon

Titre original : Ponant

L’expérience française

Si la France a longtemps dominé les mers en proposant des croisières d’exception, son étoile semblait bien pâle… jusqu’à l’arrivée du premier bateau le Ponant, toutes voiles dehors, Il a su dès la traversée initiale redéfinir la notion de voyage.

Alors qu’hier encore, l’art de gagner du temps semblait être la règle d’or des voyageurs aguerris, ces derniers semblent aujourd’hui plus sensibles à l’éloge de la lenteur et au plaisir de la découverte. Jean-Emmanuel Sauvée, l’un des fondateurs de Ponant, l’avait flairé. La marine marchande française de cette époque connaissait une crise majeure. À la recherche d’un projet, le jeune officier voulait faire découvrir la mer, ses attraits et ses mystères à quelques passagers. « Jean-Emmanuel Sauvée avait 23 ans en 1988, explique Nicolas Bilek, directeur commercial Europe, Moyen-Orient et Afrique pour Ponant. Avec Philippe Videau ainsi qu’une dizaine d’officiers de la marine marchande, il a fait un appel public à l’épargne et a réuni les fonds nécessaires à la construction du premier navire. » Sans doute séduits par l’audace de ce projet un peu fou et par le courage de ces jeunes gens qui prenaient leur avenir en main, 220 copropriétaires ont acheté des parts du Ponant, le premier voilier qui fait toujours partie de la flotte de l’entreprise. Il ne faut pas oublier que les années 80 marquent le début de l’industrialisation de la croisière. Si de grands bateaux accueillaient déjà des milliers de passagers, Le Ponant pouvait en recevoir 64.

Fait remarquable, la Compagnie des Îles du Ponant – le nom de l’entreprise à l’époque – reste indépendante jusqu’en 2004, année où le groupe CMACGM en fait l’acquisition. « Jacques Saadé nous a donné les moyens de construire de nouveaux navires : Le Boréal et L’Austral, entre autres », confie Nicolas Bilek. En 2012, la Compagnie du Ponant passe entre les mains des fonds d’investissement Bridgepoint, puis en 2015 ,elle trouve enfin un port d’attache au sein du groupe Pinault.

Avec 12 navires de moins de 300 passagers, Ponant ne peut être comparé aux autres groupes de croisières, et c’est tant mieux. L’entreprise a préféré miser sur le savoir-faire à la française, le choix de ses itinéraires et la qualité de ses services. « Nous sommes aujourd’hui la seule compagnie héritière à part entière de la French Line, de navires comme Le Normandie et Le France. Bien sûr, le style a évolué, mais les valeurs sont les mêmes », souligne Nicolas Bilek. Comme ces grands transatlantiques, les bateaux Ponant battent pavillon français. « C’est important pour notre fondateur et actuel président, Jean-Emmanuel Sauvée. Peu de bateaux le font encore aujourd’hui, car ce pavillon est le plus sécuritaire et aussi le plus contraignant. » Autres particularités, les navires comptent sur un équipage principalement français – qui s’exprime aussi en anglais, bien sûr – et sur des partenaires comme Ducasse Conseil et la Maison Ladurée qui, bien que connus sur la scène internationale, sont d’abord et avant tout des marques françaises. Cette tendance à privilégier ce qui provient de l’Hexagone en rassure plus d’un.

La « French Touch » de Ponant, c’est aussi 140 membres d’équipage pour 260 passagers – un ratio plus qu’impressionnant – ainsi qu’une personnalisation des services. « Les codes du luxe ont changé. Bien que nos navires soient élégants, ils n’ont rien d’ostentatoire. Les gens viennent à bord pour se réapproprier le temps, explique Nicolas Bilek. Accompagnés tout le long du voyage par des guides naturalistes, des experts passionnés et même des conférenciers, ils redécouvrent des destinations. » D’ailleurs, Ponant offre aussi des croisières à thèmes portant sur l’art, le golf, la musique et le vin. Tout cela dans une ambiance décontractée.

    Stone Tile

Si la qualité des services place Ponant dans une classe à part, le choix des destinations demeure son point fort. « Il ne faut pas oublier que Jean-Emmanuel Sauvée est un marin à la base et que son but premier était de faire découvrir les trésors de la terre par la mer. Nous nous faisons un point d’honneur de choisir des destinations qui ne sont pas proposées par les autres compagnies, ou du moins pas dans les mêmes conditions », confie Nicolas Bilek. Ponant offre des expéditions pour visiter les pôles, avec quatre navires sur l’Antarctique et trois sur l’Arctique, des excursions tropicales avec des escales inédites sur l’Amazone, les Kimberley et les Seychelles, par exemple. L’entreprise propose aussi des croisières en Amérique du Nord, en Asie et en Méditerranée. Si ces voyages semblent plus traditionnels, ils n’ont rien de banal. « Ce sont des croisières avec accompagnement. Les intervenants sont à bord, et les passagers peuvent manger et échanger avec ces derniers bien au-delà de la conférence. Si la croisière est à thèmes – par exemple la musique –, il y aura des concerts à bord et à terre. Cette façon de fonctionner permet de lier le voyage à une passion commune pour un art, une activité, un sport. »

Si les codes qui définissent le luxe ont changé, les responsabilités environnementales liées aux traversées aussi. Une entreprise comme Ponant ne néglige rien, pas même l’impact de ses croisières sur la nature. Tout est étudié depuis la construction de bateaux toujours plus écologiques jusqu’au choix des itinéraires pour limiter la consommation de carburant, en passant par une collaboration étroite avec la communauté scientifique. Ainsi en 2018, dans le but de préserver les océans, Ponant a créé une fondation. La protection de l’environnement en Nouvelle-Calédonie, le nettoyage des plages de l’océan Indien et la lutte contre la pollution sont quelques-unes de ses priorités. « Puisque la mer est notre outil de travail, nous avons intérêt à la protéger et à l’entretenir. »

Le vendredi 25 octobre à Papeete a eu lieu la première escale commune d’un de nos navires, Le Boréal, avec le Paul Gauguin. Afin de célébrer l’alliance entre PONANT et PAUL GAUGUIN CROISIÈRES, dont nous avons fait l’acquisition durant l’été, une cérémonie s’est tenue sous le signe des traditions tahitiennes. Un événement qui marque encore davantage la volonté de Ponant de se démarquer dans un secteur où luxe, calme et volupté règnent en maîtres.

Ponant a redéfini le luxe comme les Français savent si bien le faire : une attention de tous les instants, des services personnalisés et des produits raffinés. Elle a de surcroît su miser sur une connaissance inestimable des océans et sur le plaisir toujours renouvelé de la découverte. À quand le prochain départ ?

ponant.com
groupevoyagesvp.ca et louisedrouin.com

Ponant – e-mag

Ofelia