Elena Henderson: Cultivator of Happiness

Elena Henderson a eu presque autant de carrières qu’un chat a de vies. Elle a su tirer parti de chacune de ces expériences et les transposer sur ses toiles pour ainsi partager le bonheur à grands traits.

“Birks”/
“Impact
I promised you a garden, Serie #3, 16x16

La peintre aborde son enfance, ses choix de carrière et ses préférences artistiques le rire dans la voix. Enfant unique née en Russie, elle a reçu une éducation sérieuse et a appris très jeune le dessin et le piano. Ce sont toutefois ses dons pour les mathématiques qui l’ont conduite au Canada en 1996. « J’avais terminé mes études universitaires pour devenir programmeuse informatique. Le travail ne me convenait pas, alors j’ai rejoint une amie dans une boutique de fleurs. Ma formation artistique m’a beaucoup aidée à la composition des bouquets et des arrangements floraux. » De fil en aiguille, elle est devenue tour à tour fleuriste, a étudié en design d’intérieur, fondé son entreprise, fait de la mise en valeur de propriété dans des demeures cossues, tout cela avant que s’impose son désir de peindre. Une formation au Haliburton School of Art and Design lui a permis de développer son talent naturel. Le véritable déclencheur a toutefois été sa rencontre avec Lila Lewis Irving qui, en lui enseignant à peindre, a confirmé ses aptitudes. « Elle m’a donné des ailes », avoue-telle. Elle a poursuivi sa formation et répété les visites au Musée des beaux arts du Canada, fascinée par les oeuvres de Mark Rothko pour sa palette de couleurs et de Jean-Paul Riopelle pour ses textures.

Elena croit fermement que son parcours inhabituel et tous les métiers qu’elle a exercés nourrissent son art et l’aident à la composition de ses tableaux. « Mes fleurs ne sont pas de vraies fleurs, mais la somme de toutes les fleurs que j’ai vues. Je suis sensible aux changements de saison, mais aussi, avec ma formation en design d’intérieur, aux tendances qui demeurent importantes pour moi. » Celle qui s’applique à marier les couleurs mais aussi à peindre chacun des pétales en multipliant les couches parvient à créer des tableaux d’une grande profondeur. « Je ne cherche pas à peindre la réalité; mes oeuvres sont uniquement le fruit de mon imagination. Je cherche à transmettre une émotion. La fleur qui se fane trop vite et le bouton jamais éclos sont le reflet de la vie et des changements qui s’opèrent. »

Rasberry scones and bouquet for Christmas, 16x16
“Design
Ofelia
“Impact
Montauk
Henderson_40x40_April Song Series #1 copie (Custom)
April Song, Serie #1, 40x40

Elena Henderson a plusieurs raisons d’être fière, puisque ses oeuvres sont vendues dans plusieurs galeries au Canada, dont la galerie Beauchamp, et ont même fait leur chemin jusque dans les bureaux du gouvernement canadien, à Edmonton, et dans des collections privées. Toutefois, elle valorise surtout le commentaire d’un de ses acheteurs, qui lui a avoué puiser chaque matin l’énergie nécessaire à sa journée dans la contemplation d’un de ses tableaux. Les oeuvres d’Elena se démarquent en effet par un positivisme salutaire. « J’aimerais un jour pouvoir donner à tous un petit tableau pour les aider à démarrer leur journée », conclut celle qui ne cherche qu’à semer le bonheur.

galeriebeauchamp.com

Henderson_16x16_I promised you a garden Series #3 copie (Custom)
Dewy Meadow, Serie #2, 20x20
Share this article

You will also like

qrf
Jazzu: Sign Language
photoPrincipale
2 5 2 6: Fashion designer Ying Gao's new robotic clothing collection
SITE_WEBphoto-principale1140x510
Mesmerizing – Bob Hendriks
Imagine no.2 - 33 x 59 copie
André Desjardins: A Golden Touch
Ewool