L’esprit des lieux

Rénovée afin de bénéficier de plus de lumière naturelle et de mieux répondre à son style d’origine, cette propriété se démarque depuis près de neuf décennies de ses classiques voisines outremontaises.

La maison Kirsh, du nom de son premier propriétaire, témoigne d’un mouvement moderniste lors de sa construction en 1934 à Montréal. Réalisée à l’époque par les architectes Shorey & Ritchie dans un style Bauhaus, elle se distingue notamment par son raccord en arrondi et son revêtement de crépi blanc. Le look devenu iconique et indémodable de cette belle demeure ne correspondait pas à son aménagement traditionnel intérieur, très compartimenté et qui manquait de clarté pour le maître des lieux. « Il m’avait appelé parce qu’il voulait un peu agrandir sa maison, puis faire entrer plus de lumière. Je lui ai proposé de réaliser un projet dans le cadre d’une étude historique, en complétant le geste architectural de base qui n’était pas abouti », explique Loukas Yiacouvakis de la firme YH2.

Architecte, Yiacouvakis Hamelin architectes, YH2; constructeur, Sedev Incorporée
“Ewool”/
Nadia Maltais
Cuisine : conception YH2, réalisation Cuisines Steam; mobilier du salon, Avant-Scène

L’architecte et son équipe se sont inspirés des plans d’origine pour créer des fenêtres à trame horizontale afin de remplacer celles posées dans les années 50. L’ajout d’un immense mur rideau vitré sur la façade arrière assure une luminosité naturelle généreuse, sans compromis sur l’esprit des lieux. « Les plafonds de base font huit pieds; on a donc supprimé une partie de la salle de bains de l’étage supérieur pour donner une double hauteur au salon et intégrer cette verrière, ce qui accentue l’effet de grandeur », poursuit M. Yiacouvakis, qui a augmenté la superficie de ce salon en empiétant légèrement sur un côté de la cour. De l’autre côté, la piscine a été un peu raccourcie afin d’accroître la superficie de la terrasse.

Maison_Kirsh_photo10 copie (Custom)
Planchers, Eurolegno; mobilier de salle à manger et luminaires, Avant-Scène; tableaux, Françoise Sullivan, Chih-Chien Wang; plaques d’acier perforées dissimulant le chauffage, YH2

L’ancien escalier ordinaire s’est métamorphosé en un modèle sculptural, véritable prouesse artisanale aux formes organiques judicieusement conçues pour laisser passer la lumière.

Escalier : conception YH2, fabrication Sedev Incorporée et Daniel Carlier; tableau, Guy Harloff
“Birks”/
“Charton
Bui
Bui
Maison_Kirsh_photo11 copie (Custom)
Mobilier, Kastella

Si les anciennes cloisons des pièces communes du rez-de-chaussée ont disparu, chaque zone reste intime grâce à des jeux de modules. Ainsi, des armoires blanches minimalistes séparent la salle à manger de la cuisine en plus de servir de rangement, et un caisson intégrant la télévision délimite le séjour. Il remplace un mur, mais le dénivelé existait déjà. L’architecte l’a adouci en créant deux marches pour relier les espaces. Partout dans la maison, la toile de fond immaculée renforce la clarté, de même que le chêne blanchi, qui procure de surcroît une atmosphère chaleureuse et paisible.

Ici, chaque élément est réfléchi, comme les plaques perforées dissimulant les appareils de chauffage et la discrète colonne en acier peint en blanc qui soutient toute la maison. Le soin apporté au moindre détail a permis de parfaire ce projet dont les volumes à la fois fluides et dynamiques magnifient l’enveloppe ancestrale existante. Quant à la couleur, elle est apportée par quelques oeuvres d’art, mais surtout par la végétation luxuriante du jardin dont les hôtes peuvent désormais profiter à foison.

Maison_Kirsh_photo9 copie (Custom)

Photo de couverture : Mobilier de jardin, Cane-line chez Jardin de Ville.

yh2architecture.com

Partagez cet article

Vous aimerez aussi

Les_blocs_de_bois_photo10 copie
Point d'équilibre
PhotoPrincipale1140x510
Le Musée de l'Holocauste Montréal dévoile les plans de son nouveau bâtiment au centre-ville
70492-main_734-4_70492_sc_v2com copie
Dans les règles de l'art
1140x510VG_Form_V680A_P683T-AL_V680S_P680B2-AL_P683T-AL-(1)
Vivre en toute simplicité
“Charton
Nadia Maltais