Loading...

Le designer d’intérieur Scott Yetman rénove une demeure des années 40 | Mixte Magazine

Henri Vezina

Titre original : Panoramic

HABITER ENTRE CIEL ET TERRE, ACCROCHÉ À FLANC DE MONTAGNE DANS UNE MAISON RÉNOVÉE AVEC L’AIDE DE SCOTT YETMAN… QUAND LA VIE SE FAIT À LA FOIS GÉNÉREUSE ET DOUCE.

PHOTOS DREW HADLEY

Les maisons de la région de Montréal qui offrent un panorama de 180 degrés sur la ville et le fleuve sont plutôt rares. Celle-ci cachait son potentiel jusqu’à ce qu’un couple amoureux de la vie, un architecte allumé et un designer visionnaire lui insufflent coeur et âme.

C’est une véritable collaboration qui a permis de rénover cette demeure du début des années 40, aussi solide que le roc sur lequel elle est bâtie. Les volumes élégants répartis sur quatre étages et la hauteur de plafond avaient tout pour séduire les nouveaux acquéreurs, à la recherche de la perle rare où passer des jours tranquilles. Tout devient possible lorsque les différents acteurs – aussi bien les propriétaires que le designer, l’architecte et l’entrepreneur – ont des affinités et la même sensibilité. Lentement, avec précision, le long processus de transformation s’est enclenché.

    Shen Yun

INSPIRÉ PAR L’ENVIE DES PROPRIÉTAIRES DE VIVRE DANS UN DÉCOR DÉCONTRACTÉ, IL A SU CRÉER DES ZONES RASSEMBLEUSES OÙ LA SOPHISTICATION EST TOUJOURS DE MISE.

Les deux étages supérieurs jouent de la transparence du verre et de cet équilibre fragile entre la vie intérieure et la continuité vers l’extérieur. Le cadre devient alors idéal, la relation avec la lumière sublimée. Au rez-de-chaussée, la terrasse, la salle à manger et la cuisine se succèdent ou se côtoient, mais peuvent rapidement être cloisonnées. « Les parois de verre permettent de créer un rythme, une séquence sur cet étage », explique Scott Yetman, qui a veillé à respecter le choix des propriétaires pour un intérieur de style contemporain. Toutefois, le designer ne fait jamais les choses tout à fait comme les autres et parvient à créer des métissages subtils qui combinent plus d’une référence, plus d’une époque. Inspiré par l’envie des propriétaires de vivre dans un décor décontracté ainsi que par leur penchant pour une palette de couleurs à la fois sobre et enjouée, il a su créer des zones rassembleuses, mais où la sophistication est toujours de mise. Au séjour, le feu rougeoie derrière un immense panneau de granit matifié, et l’écran de télévision se cache derrière une oeuvre de Donald Sultan. Dans la salle à manger, le luminaire formé de fines gouttelettes de verre devient le point de mire, alors que dans la cuisine, le mariage du bois texturé et du quartz aux reflets vert tendre magnétise. Même l’escalier menant vers les pièces du sous-sol a été transformé en immense damier.

C’est toutefois la suite située à l’étage qui exprime avec la plus grande éloquence le raffinement sans prétention recherché par les occupants. Dans la chambre, la combinaison de meubles discrets, de laine feutrée à la tête du lit et de la série de dressings en noyer chaud apaise, alors que dans la salle de bains attenante, l’aménagement classique et l’utilisation du marbre évoquent le confort des grands hôtels. Tout à côté, le séjour particulier – avec sa bibliothèque agrémentée d’objets personnels et d’oeuvres d’art choisies – réconforte. Enfin, la terrasse avec sa rambarde de verre surplombe la ville, permettant au regard de planer tel un oiseau vers l’horizon et l’infini.


Panoramic – e-mag

Henri Vezina