Résidence Hovey – Une approche durable pour un projet éclaté

Une conception de la firme d’architecture et de design 1628.

Le projet Résidence Hovey situé en bordure d’un lac, dans les Cantons-de-l’Est, a été conçu pour accueillir un couple d’amateurs d’art et leur famille élargie. Sa conception en fait une véritable plateforme d’observation dont le point culminant est une passerelle en porte-à-faux qui projette littéralement le visiteur dans le paysage.

Maison 4110
Muraluxe
Concept

Le site était occupé par une maison de style ranch construite en 1970 qui avait besoin d’être remise en état. Un agrandissement et des réaménagements successifs avaient rendu certains espaces peu utilisables et l’ensemble était désuet. Pour adapter le bâtiment aux besoins des nouveaux propriétaires, de nombreux espaces supplémentaires devaient être ajoutés.

« Il était important de travailler avec le bâtiment existant, de mettre en valeur ses points forts, tout en paliant à ses lacunes, de façon à créer un tout cohérent et unique », explique Annie Charest, conceptrice et vice-présidente de 1628.

La configuration du site en forte pente et la réglementation locale laissaient peu d’options pour l’agrandissement. Il a été convenu qu’elle aurait lieu au point culminant du site, dans le prolongement de l’existant afin de profiter au maximum du site et des vues sur le lac. De nombreux ajouts ont également été faits au volume existant pour agrandir certaines pièces et les rendre plus fonctionnelles. Ne souhaitant pas créer un édifice trop massif côté rue, l’agrandissement principal a été séparé de l’existant, donnant l’impression qu’il y a deux bâtiments. Par contre, côté lac, au niveau inférieur, l’agrandissement est relié au reste par un couloir intérieur, ce qui crée un ensemble harmonieux et intégré.

Du côté du lac, en réponse aux murets de soutènement de bois conservés à la base de la maison d’origine, des murets de soutènement en béton écologique, matériau prisé par les propriétaires, ont été construits afin de supporter l’agrandissement. De nombreux paliers intégrés à ces murets sont garnis de plantations.

Bardagi
L'Essentiel par MF
L'Essentiel par MF
Sotheby's
Volumétrie

L’édifice agrandi est principalement composé de deux volumes recouverts d’un parement de bois teint en brun foncé, matériau traditionnellement utilisé dans la région. Vue de la rue, la maison est volontairement sobre et ne laisse pas deviner son ampleur. Ainsi disposés, les volumes créent une barrière visuelle qui protège les occupants présents sur le terrain, côté lac.

Au rez-de-chaussée, les principaux volumes sont reliés par un trottoir de bois couvert qui sert à la fois de promenade et de plateforme d’observation surplombant le terrain et le lac. La plateforme se termine par un porte-à-faux dirigé vers le lac qui projette l’observateur dans le paysage. Au niveau inférieur, les volumes sont reliés par un corridor vitré situé sous la promenade.

4
5 (Mixte Mag)

De nombreuses terrasses et balcons ont été ajoutés pour créer des prolongements extérieurs aux pièces. Ces derniers accentuent l’horizontalité de la composition et contrebalancent la hauteur de la maison par rapport au site.

La géométrie de la toiture en pente de l’aile originale a été reprise pour l’agrandissement. Elle a été simplement tournée pour briser la rectilinéarité. Quelques toits-terrasses et un toit végétalisé complètent l’ensemble.

Un escalier de béton extérieur a été prévu pour faciliter les circulations. Cet escalier sculptural longe un des murs de soutènement et devient un élément de promenade qui relie les terrasses du niveau inférieur au terrain du côté du lac, situé en contrebas.

6 (Mixte Mag)
CV Concept
Anzie
7 (Mixte Mag)
Aménagement du site

Le thème de la promenade a orienté l’aménagement du site. Les concepteurs ont principalement utilisé des végétaux indigènes, pour la plupart déjà présents dans l’environnement immédiat. Plusieurs sentiers et escaliers d’ardoise parcourent le site. À cela s’ajoute un trottoir de bois de pruche qui souligne le trajet entre la maison et le lac où un quai a été installé. Un éclairage discret et théâtral a été mis en place pour rehausser l’ensemble et diriger les promeneurs.

Des pavillons secondaires, intégrés à la végétation, ont été construits à proximité du lac. Le premier abrite une terrasse couverte, tandis que le second sert au rangement des canots et kayaks. Ces pavillons reprennent les matériaux et plusieurs éléments que l’on retrouve dans la résidence.

8 (Mixte Mag)
9 (Mixte Mag)
Espaces intérieurs

L’aile d’origine demeure l’accès principal de la maison. On y accède via une cour protégée occupée par un jardin d’inspiration japonaise.

 

Cette aile abrite au rez-de-chaussée les espaces de vie principaux, de même que la suite des maîtres et un bureau. Pour les pièces de vie, les concepteurs ont décloisonné les espaces et ont remanié le plafond cathédral existant pour en tirer profit. Le foyer en pierres des champs original a été revu et modernisé. Des cadres d’acier ont été insérés dans le parement de pierres du foyer afin de créer des fenêtres laissant paraitre les pierres d’origine. Une marche de béton écologique a été construite à la base de la cheminée, rappelant le béton utilisé à l’extérieur. Les pièces de vie s’ouvrent vers un grand balcon-terrasse pouvant accueillir plusieurs invités.

10 (Mixte Mag)
Gorski
Vicostone
Muraluxe
Design Louis George
11 (Mixte Mag)

Le niveau inférieur de l’aile d’origine est accessible par l’escalier intérieur central. Ce niveau a été entièrement revu afin de le rendre accueillant et lumineux. Cet étage est occupé par des chambres pour les invités, par des espaces sanitaires et des espaces techniques. Un agrandissement situé sous le balcon principal abrite un spa intérieur. Cet espace accueillant et largement vitré a été pensé comme un lieu de relaxation et de ressourcement surplombant le paysage et le lac.

12 (Mixte Mag)
13 (Mixte Mag)
14 (Mixte Mag)

Le niveau inférieur de l’agrandissement est occupé par un garage et par une deuxième suite des maîtres possédant de magnifiques vues sur le site. Il est jouxté par une grande terrasse en bois avec foyer extérieur.

Le rez-de-chaussée de l’agrandissement est occupé par un espace bureau. Le plafond de type cathédral fait écho au plafond des espaces de vie principaux. La pièce est largement fenestrée, ce qui donne l’impression aux visiteurs de flotter au-dessus du paysage. Le bureau est desservi par un balcon privé.

Les concepteurs ont opté pour une gamme restreinte de finis sobres qui se retrouvent dans l’ensemble de la maison. Les planchers sont en chêne blanc du Canada. Les murs et les plafonds sont en gypse peints en blanc. Les panneaux muraux, l’ameublement intégré et certaines portes sont en érable naturel. Les céramiques sont dans les teintes de blanc et de beige. Les portes intérieures sont simples et les quincailleries discrètes et élégantes. Tout l’ameublement intégré a été conçu par 1628 dans un style sobre et intemporel. L’éclairage discret et élégant contribue à créer des intérieurs apaisants.

15 (Mixte Mag)
Cosentino
Terrazas de Los Andes
16 (Mixte Mag)

« Notre objectif avec ce projet était de créer des lieux uniques, qui se démarquent. Chaque espace, chaque pièce, chaque point de vue extérieur devait provoquer une expérience pour les visiteurs. La maison et le site devaient se dévoiler d’une manière inattendue selon les parcours empruntés, précise François Parenteau architecte et président de 1628. Chaque endroit devait faire partie d’un tout cohérent, tout en respectant les attentes et le mode de vie des propriétaires. »

Environnement

Dès les prémisses du projet, il a été convenu entre les propriétaires et les concepteurs que la maison existante devait être conservée. Sa démolition aurait forcé un déplacement de la nouvelle construction vers le bas de la pente, ce qui aurait été un inconvénient majeur pour l’utilisation du site. La structure de bois de la maison a été dégarnie et consolidée. Les portes et fenêtres ont été remplacées. Tout le vitrage est thermos à faible émissivité et à triple verre. L’isolation de l’enveloppe a été complètement refaite afin des surpasser les normes en vigueur et obtenir une enveloppe très performante, élément essentiel pour le climat rigoureux du site. Le bâtiment est alimenté et chauffé uniquement grâce à l’hydro-électricité.

Étant donné son état, la conservation du bâti existant n’était pas avantageuse économiquement. Par contre, sa conservation a permis de réduire considérablement l’émission de GES, soit une réduction de 22,6% des émissions de CO2 par rapport à un bâtiment neuf équivalent. L’utilisation de béton écologique a accru la réduction des émissions de CO2 à 24,9%, ce qui est considérable.

Photos :  Stéphane Groleau et Pixel Nord

Source :  v2com

17 (Mixte Mag)
Partagez cet article