Mario Adornetto – Peindre à loisir

En donnant un nouveau souffle à son talent inné de concepteur, Mario Adornetto parvient à faire surgir de ses toiles… l’émotion brute.

Mario Adornetto a dessiné toute sa vie et le fera, espérons-le, pendant encore longtemps. Si, enfant, il s’amusait à reproduire les voitures de course qui couvraient ses draps et se plaisait à recevoir les éloges de ses professeurs d’art plastique, il lui a fallu du temps pour comprendre qu’il pouvait faire de son don un métier. Le hasard a toutefois bien fait les choses. Son frère, qui travaillait alors dans une station-service, l’invite à réaliser le lettrage d’une remorque. Cette première expérience lui fait décrocher un emploi dans une compagnie d’enseignes à 17 ans à peine. Il passera d’une entreprise à l’autre pendant près de 10 ans comme lettreur, ce qui lui permettra d’acquérir au passage une maîtrise indiscutable du pinceau et du dessin. Les honneurs récoltés à cette époque lui font prendre conscience de son immense talent.

En 1995, alors que la récession frappe de plein fouet et qu’il quitte son emploi pour retourner sur les bancs d’école, ce n’est plus le hasard qui guide ses pas, mais la confiance en ce qu’il est en mesure d’accomplir. Il s’inscrit à un cours en dessin de bâtiment avec la ferme intention de laisser sa marque. « Plusieurs entreprises faisaient des plans de maisons à cette époque et je voulais que les miennes soient les plus harmonieuses. » Déterminé, persévérant, créatif, il conçoit des maisons dont le design plaît et qui font la une de plusieurs magazines. Avec les années, l’homme est en mesure de saisir les attentes de ceux qui font appel à ses services et de dessiner d’un trait aussi bien l’intérieur que l’extérieur d’une maison. Ses créations sont gage de qualité.

Mario Adornetto à l’oeuvre. Certaines de ses toiles sont ornées de feuilles d’or.
Avant-Scene
Bui Optométriste
Si enfant, Mario Adornetto aimait dessiner des voitures, aujourd’hui il préfère les collectionner. Derrière, deux de ses oeuvres inspirées des chevaux.

Pourtant, en novembre 2016, alors qu’il dirige toujours sa firme de design, il ne se doute pas encore qu’une troisième carrière se profile, à laquelle toute sa vie l’a préparé. Sous son garage, dans un entrepôt qu’il s’apprête à réaménager, dorment les chevalets qu’il utilisait alors qu’il était lettreur. « J’ai dit à ma conjointe, Jessica, que je voulais les conserver et peindre des tableaux à ma retraite, un jour. » Ce rêve est rapidement devenu un défi quand Jessica et les employés qui travaillent à ses bureaux lui ont fait parvenir une toile vierge de 4 pi sur 6 pi. Il ne lui restait plus qu’à peindre. « Je n’avais jamais peint de toile », confie Mario Adornetto, qui est pourtant déterminé et prêt à confondre les sceptiques. Son chat Félix, que tous connaissent, sera son sujet. Il achète les couteaux, les spatules et les pots de peinture acrylique et se procure aussi quelques toiles pour pratiquer. Bien qu’il partage son premier essai – un lion – sur les médias sociaux, il n’est pas satisfait. Pourtant, l’oeuvre suscite déjà la curiosité. Pendant des mois, il travaillera à parfaire sa technique, déployant la même énergie et la même volonté que lorsqu’il a appris le lettrage et le dessin d’architecture. Il se donne deux ans pour gagner en assurance et faire en sorte que ses oeuvres transmettent les émotions qui l’habitent. Son premier vernissage de 34 toiles sera un succès, tout comme celui qui suivra deux ans plus tard. Alors que sa troisième carrière prend forme, Mario Adornetto délaisse peu à peu la conception de maisons pour ne conserver que quelques projets privilégiés.

« Avec l’art, il n’y a pas d’intervenants. C’est un laisser-aller total pour moi, confie-t-il. Contrairement au dessin technique, je n’ai pas une vision claire de l’oeuvre finie. » Seul dans son univers, il produit à son propre rythme des oeuvres à la fois abstraites et figuratives. « Le regard de l’animal m’aide à créer une émotion, et tout autour les couleurs explosent. » La notion de volumétrie est aussi présente dans ces tableaux, qui s’intègrent parfaitement à l’architecture contemporaine et qui attirent à la fois l’oeil et la lumière.

Ne cherchez pas les oeuvres de Mario Adornetto dans une galerie d’art. Il compte plutôt sur les médias sociaux et son cercle de connaissances pour se promouvoir. Une approche qui fonctionne à merveille puisqu’il a vendu plus de 200 toiles à ce jour, sans compter les impressions numériques en éditions limitées et signées qu’il produit lui-même dans son atelier. La réponse qu’il obtient auprès de ses admirateurs est quasi instantanée, et si les compliments fusent, le plus touchant qu’il a reçu lui vient de son père, qui lui a confié que l’oeuvre qu’il lui avait offerte faisait maintenant partie intégrante de sa vie. L’émotion pure…

Le lion, dans toute sa majesté, demeure une source d’inspiration pour l’artiste.

Photo de couverture : Mario Adornetto et les oeuvres proposées pour notre page couverture. Laquelle préférez-vous?  

adornetto-galerie.ca

Partagez cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Share on whatsapp

Vous aimerez aussi

Jean-Claude Lussier – Arrêt sur image
Jean-Claude Lussier – Arrêt sur image
Jean-Louis Émond – À fleur de paume
Jean-Louis Émond - À fleur de paume
Aldo Rossi.  L’architecte et les villes
Aldo Rossi. L'architecte et les villes
Shawn Skeir
Shawn Skeir
Roche Bobois
Avant-Scene