Bradley Hart – un artiste peintre de son temps

Titre original : Bradley Hart – Dans sa bulle

Bradley Hart est un homme passionné qui a renoué avec l’art en choisissant comme canevas… le papier bulle. Le sujet pourrait s’arrêter là, mais l’équation est plus complexe. Parcours d’un artiste de son temps.

Né et éduqué à Toronto, Bradley Hart a toujours gravité dans le monde des arts, et bien qu’il garde un souvenir mitigé de son passage à l’école privée Thornton Hall où, enfant, il a appris à dessiner en suivant l’exemple des maîtres de la Renaissance, il en conserve des traces qui lui servent encore. « À ma sortie de cette école, j’ai rejeté l’art », avoue-t-il. Ce n’est que beaucoup plus tard, après un saut à l’Université de Toronto et de nombreux détours à travailler dans l’immobilier et dans les bars qu’il a repris goût à la peinture.

Ofélia
Galerie Beauchamp
Girl Combing Her Hair, impression, 65 x 61

En 2008, il s’installe à New York où il obtient ses premières expositions, connaît ses premiers succès et découvre son médium. Le papier bulle, un matériau surtout utilisé comme emballage, a d’abord été employé comme recouvrement mural. Avec Bradley Hart, il retrouve un peu sa vocation première.

Sans utiliser de pinceaux, il a peaufiné sa technique qui combine connaissance du dessin et technologie. Le processus qu’il a mis en place peut s’étaler sur près d’un mois. Après avoir choisi son sujet, il remplit méticuleusement entre 1 800 et 2 500 seringues de peinture dans une gamme de teintes diverses. La position des couleurs est préalablement déterminée par ordinateur à l’aide d’un algorithme conçu spécialement pour cette tâche. La couleur appropriée est injectée dans chacune des bulles alors que de longues coulisses s’amoncellent à l’arrière de la pellicule plastique.

L’artiste obtient ainsi deux toiles : une première, hautement pixélisée, et une seconde, reflet impressionniste de la première, formée par l’accumulation des couches de peinture. Bradley Hart croit que les deux toiles placées côte à côte deviennent complémentaires et symbolisent la complexité rattachée à la transmission des souvenirs. « C’est un peu comme lorsqu’on raconte une histoire. La première version est précise, et plus l’histoire est relatée, plus elle devient floue. Alors que le tableau pixélisé représente la mémoire fraîche, le deuxième est une version imprécise du même sujet. Les deux tableaux évoquent notre façon de raconter les choses et de les retenir. »

Girl Combing Her Hair, injection, 65 x 61
Roche Bobois
Design Louis George
Bosquet
Autumn Love, impression, 45 x 69

On s’émerveille devant la technique et la matière. On s’étonne de la variété des thèmes, qui font souvent référence à la culture populaire. Si les photos d’Einstein ou les scènes de rue sont devenues banales, Bradley Hart parvient à leur donner une densité qui transcende les clichés. L’injection de peinture prend un autre sens lorsque associée au portrait de Kurt Cobain.

Le papier plastique permet d’aborder les questions environnementales lorsqu’il est utilisé pour un paysage, et devient loquace lorsqu’il est question de bulles financières jumelées à des sujets liés à l’argent. Si simples au premier regard, les oeuvres deviennent complexes et quasi abstraites lorsqu’on en comprend les codes. L’artiste, qui se considère d’abord comme un sculpteur, insiste sur l’importance de voir ses tableaux en galerie et met en garde les internautes qui ne jurent que par le Web. « Mes tableaux sont souvent très grands. L’ordinateur réduit les formats, concentre les pixels et mes oeuvres perdent de leur relief. »

Autumn Love, injection, 45 x 69

Notre entretien a permis à Bradley Hart de revisiter son parcours. « À ma sortie de Thornton Hall, j’ai rejeté l’art et je comprends pourquoi. On me forçait à étudier des techniques, et bien que je les utilise encore, je travaille maintenant à ma manière, en faisant ce que j’aime. » Belle conclusion pour cet artiste, qui boucle ainsi la boucle.

bradleyhart.ca et galeriemx.com

Bradley Hart – Dans sa bulle – e-mag

Partagez cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Share on whatsapp

Vous aimerez aussi

Jean-Claude Lussier – Arrêt sur image
Jean-Claude Lussier – Arrêt sur image
Mario Adornetto – Peindre à loisir
Mario Adornetto - Peindre à loisir
Jean-Louis Émond – À fleur de paume
Jean-Louis Émond - À fleur de paume
Aldo Rossi.  L’architecte et les villes
Aldo Rossi. L'architecte et les villes
Design Louis George
Galerie Beauchamp